Retour

Le "Docteur" Emile Coué
Bienfaiteur de l'humanité

 

Emile Coué de la Chataigneraie est né à Troyes (Aube) en 1857.

Le jeune Emile va accomplie ses années d'études au collège Sainte Barbe à Paris, et il embraye immédiatement après vers une formation professionnelle, en s'inscrivant dans la capitale à l'Ecole Supérieure de Pharmacie.

Il arrête son travail en officine en 1902 et vient se retirer à Nancy.

(Collection D.Morque/Conservatoire Régionale de L'image)

L'action de l'imagination: lorsqu'il tenait son officine, il avait vécu une singulière expérience: un jour, ne pouvant délivrer un médicament sans ordonnance à l'une de ses clientes, il lui avait remis un simple flacon d'eau distillée en lui laissant entendre qu'il s'agissait du produit actif.

On reconnaît là le principe du "placebo" dont les vertus thérapeutiques sont, depuis cette époque, entrées dans les moeurs du corps médical, sous certaines conditions précises.

Ressassant ce pseudo-miracle, il en déduit l'idée que l'imagination peut avoir une action réelle et tangible sur l'organisme.

Pour approfondir valablement le nouveau mode de pensées, qui s'ouvre devant lui, il entreprend dès 1885 des études de psychologie appliquée.

Il incorpore à toutes ses réflexions les leçons qu'il a tirées à la lecture du Docteur Liébeault, de Nancy également, qui en était venu à pratiquer avec succès la suggestion.

Et désormais, tout s'enchaîne, parce que l'influence complémentaire d'Hippolyte Bernheim, autre Nancéien, va jouer à plein sur Emile Coué.

Coué en vient - lui non médecin - à prôner une méthode autosuggestive, réalisable de ce fait par tout individu, et applicable non seulement aux affections non organiques, mais aussi aux faiblesses psychologiques (comme la timidité et le trac), aux mauvaises habitudes.

D'une manière générale, elles peuvent être utilisées comme élément dynamique régulateur et harmonisateur auxiliaire de la médecine, comme tonifiant psychologique et comme gymnastique psychologique mentale pour les personnes en bonne santé.

Tout un programme!

Sa notoriété franchit les limites de la région, s'étend sur la France entière, et dépasse les frontières.

Il lui faut, pour satisfaire à la curiosité publique et à la demande populaire, parcourir le monde pour y donner des conférences.

L'engouement se poursuivant partout, et durablement, on apprendra qu'aux Etats-Unis, il est surnommé le "marchand de bonheur".

" Extrait du livre:" Les médecins célèbres par Jean Schmitt (Editions de L'Est)"